Menu
Press
Accueil / Press
01 août 2013
Postuler le 13 juin 2016
YOUSSEF REQIQ JE VOIS AVEC LE REGARD DES AUTRES

« Je me nourris de l’héritage de mes ancêtres

Je suis guidé par la lumière de l’homme

Je peins avec les yeux des amants

Je peins avec les yeux de rêveurs

Je peins avec la force du souvenir

Je peins avec des vibrations musicales

Je n’ai pas appris à peindre dans une Ecole

Je ne cherche pas à devenir la vérité

Je peins pour répondre à l’appel de la toile

Je peins pour entrer dans le mystère de l’être

Je peins pour exprimer mon enfance

L’orsqu’à la fois sérieux et amusé

Je dessinais la lettre arabe au kouttab

Jeune , ô si jeune , connaissais dèjà

La force terrible des couleurs

J’ai pu alors composer

Un chant mélodieux

Dédié à l’harmonie de l’univers.

 

J’aime peindre le verre pour capter la lumière . Al ‘image de l’homme , le verre est fragile  et fort .J’ai pu y loger ma quête de l’absolu …Notre culture est la culture du verbe . Nous sommes une civilisation de l’oreille . C’est peut être pour cette raison que nous sommes la civilisation de la soumission …Nous sommes tout le temps à l’écoute de la Voix venant du ciel .A la différence , la civilisation grecque est la civilisation de la beauté visuelle et la civilisation de la révolte contre toute forme de divinité .Dans le Coran , Dieu fait serment avec l’alphabet .

L’art naît avec le sacré . Je me suis approprié ce sacré : j’ai repris à mon compte la peinture sur verre , les paroles coraniques , la grande poésie , les formules alchimiques et les proverbes de la sagesse populaire …Ma quête a tout l’air d’être personnelle , elle est certainement chargée d’une exigence collective .

Lorsque je suis en conflit avec les autres ou en guerre contre moi –même , je vais vers ma surface de verre pour reconstruire le monde . Je me purifie dans mon œuvre . Je m’échappe de l’absurdité de l’existence et je retrouve enfin un sens à la vie . C’est comme une séance de hamman , de sauna ou de thalassothérapie.

Avant d’être un tunisien  je suis un homme .

Bien sûr , je suis né dans le Sud de la Tunisie , à Maharès. J’ai hérité de par mon père et de par ma mère des signes , des marques et des symboles ….

Je suis l’enfant d’une mère qui s’en va à l’aube pour revenir le soir enceinte d’une civilisation …Je suis l’enfant de la mer …. L’enfant de la lumière….. l’enfant du ciel …… l’enfant de la terre ….. l’enfant du verre…..l’enfant des quatre éléments …..Je peins sur verre …. Je m’exprime sans maquillage ….. dans la vérité de l’instant …. Le départ est déjà l’arrivée ……L’œuvre d’art est un message et tout artiste est un messie , un relais entre l’ici-bas et le là –haut. A travers mon art , je veux donner du bonheur et je veux aussi donner de l’angoisse .Je veux donner un bonheur intelligent qui aide à réfléchir ….Réfléchir , comme ma surface de verre ….Autant de questions que de réponses ….Ne jamais faire du folklore ….La peinture est une totalité qui ne supporte pas l’infériorité ….Elle n’a été conçue que pour nous élever vers les hauteurs et l’absolu .

En Occident , la peinture est fille de l’architecture , elle est née dans les églises et dans les palais …Elle est née à l’ombre des murs …C’est la raison pour laquelle nous autres Arabes qui vivons dans les tentes avons inventé le tapis qui s’adapte parfaitement à notre habitat et à notre « mur de nomade ». Ailleurs , dans les autres civilisations l’activité picturale se mesure par siècles , tandis que chez nous , nous n’avons qu’à peine 100 ans de pratique de la peinture . Nous avons , comme dans beaucoup de domaines , un grand retard culturel à rattraper . Nous y arriverons puisque nous sommes le pays du regard , le pays de la lumière , le pays des couleurs et le pays de la peinture.

Je rêve d’une peinture qui échapperait aux lois du marché pour ne vivre qu’au rythme de sa vérité propre. Une peinture qui ne serait ni vendue , ni  achetée ; Une peinture qui serait donnée et offerte …. C’est dans le cadre de cette peinture gratuite que l’on peut parler de véritable quête de soi ou de tunisianité  ou d’universalité …  Mais que penser d’une peinture qui nous place dans une logique de marché sitôt que l’on se met en face de notre chevalet ? Peut – on alors encore parler de quête de soi , de quête d’identité individuelle ou collective ? On pourrait presque en rire ….Il faut tout de même que l’on finisse par comprendre que l’on ne peut pas tricher avec la peinture !

Chaque matin , à mon réveil , je suis ébloui par la lumière de mon pays …..

Quelle force …Quelle énergie …Quelle beauté ….Paul Klee , Albert Marquet et beaucoup d’autres peintres ont été éblouis par la lumière de la Tunisie . Les choses commencent à vraiment exister que par la force des contrastes ….Il en est ainsi pour la peinture qui a besoin de se nourrir de la dialectique de la lumière et l’ombre . C’est le dialogue intense entre la lumière forte , lumière solaire et l’ombre forte , ombre lunaire qui fait la spécificité de l’atmosphère tunisienne.

Il y a en Tunisie comme une gamme musicale composée de notes lumineuses et de notes sombres , des blanches et des noires en somme , dont le regard s’inspire et se nourrit . La lumière se projette sur la mer laquelle à son tour engendre une fabuleuse luminosité exaltant le regard .

Les champs de l’abstraction peuvent eux aussi se retrouver dans ce paradis visuel . Tout devient beau .Nous apprenons à mieux voir le monde . C’est la nature qui crée la peinture tunisienne .

Moi , Youssef Reqiq , né dans un village où les phénomènes de flux et de reflux  atteignent les  3 kms , j’ai crée un art qui a cherché à stopper la fuite de la mer , la fuite de la lumière  . J’ai voulu fixer sur ma surface de verre tout ce qui m’échappait . Je peins avec le regard des autres . En recomposant le monde , je me construit . »

412
/ Postuler par admin
Autres press
Nos partenaires
Le festival remercie l’ensemble des partenaires suivants pour leur soutien
et leurs encouragements