Menu
Press
Accueil / Press
18 juillet 1990
Postuler le 11 mai 2016
Festival international des arts plastiques de Mahrès
De l’art plein la rue


Le festival de Mahrés en est seulement à sa troisième  édition, qui démarre le 18 Juillet 1990 et déjà ,au vue de chemin parcouru depuis l’été 88,on a l’agréable impression que l’adage ‘’la valeur n’attends point le nombre des années ‘’ s’applique bien ici :Festival est désormais à ce point ancré dans les ‘’traditions’’ maharésiennes , à l’instar de ces rites saisonniers.qui remontent à la nuit des temps ,que le visiteur non averti aurait du mal à croire que cette manifestation vient à peine d’atteindre l’âge du sevrage.

Au seuil de sa troisième édition, le festival des arts plastiques  de Maharès a grandi-au sens littéral du terme-d’une manière qui surprend ses propres initiateurs. Festival d’art, il pose ainsi le problème –et c’est heureux !-du rapport entre l’artiste et son œuvre : il arrive un moment où celle-ci acquiert son autonomie et entraine son créateur vers des dimensions dont il ne soupçonnait pas même l’existence au départ…

 

Sans trop y croire

Au départ ,lorsqu’un groupe d’artistes ,auront l’idée  de créer ce festival, leurs ambitions étaient relativement ‘’raisonnable’’ ,pour ne pas dire modestes :il s’agissait de briser le train-train cacophonique des sempiternels ‘’festival  d’été’’ ,qui relèvent plus du divertissement facile ,stéréotypé , à la fois bruyant et soporifique ,que de l’art dont ils se réclament à cors et à cris .A ce propos ,et hors de propos ,il ne faudrait peut être pas trop se formaliser sur ce dernier point ,dans un monde où le ‘’NOBLE ART’’ consiste à démolir le portrait de son prochain !Fin de digression.  

L’ambition de ces artistes était donc d’apporter une note d’originalité à la routine estivale ,en y introduisant l’art proprement dit. Celui qui sollicite le silence ;celui qui éveille le septième sens ,le sens du beau ; celui qui fait éclater à chaque instant les structures figées du quotidien et nous fait entrevoir des univers autrement agencés ;celui qui invite au voyage dans les dimensions infinies du monde intérieur que recèle chacun de nous ;l’Art ,enfin ,mode d’expression et de communication ,mode de communication ,qui transcende les langues et permet d’éditer mille Tours de Babel parce qu’il est langage universel ,à la fois création et créateur ,multiple dans son unicité, unique dans sa multitude et sa diversité.

Il ne fallait pas beaucoup d’imagination pour cela.Mais il fallait y penser.

Ils y avaient pensé.

Et ils le firent.

547
/ Postuler par admin
Autres press
Nos partenaires
Le festival remercie l’ensemble des partenaires suivants pour leur soutien
et leurs encouragements